Adaptation Scolaire - Scolarisation des élèves handicapés HAUT-RHIN 68

Premières questions à se poser dès l’arrivée d’un élève porteur de handicap.

PETIT TOUR D’HORIZON DES ADAPTATIONS EN CLASSE

La scolarisation d’un élève en situation de handicap dans une classe dite ordinaire peut nécessiter la mise en place d’adaptations. Voici un petit inventaire de questions à se poser, pour diriger vos observations. Elles sont à moduler selon les capacités de l’élève (capacités attentionnelles, capacités motrices et sensorielles, capacités de mémorisation, fatigabilité, emploi du temps complet de l’élève avec ses rééducations…) et selon la physionomie des lieux et de l’équipe d’accueil.

Positionnement et installation
- Où sera-t-il le mieux installé ?
- A droite, à gauche, en face par rapport au tableau ?
- Près de l’enseignant, près de l’AVS, près d’une prise électrique, près d’une source lumineuse ?
- Table et chaise confortables, avec les pieds qui touchent le sol ?
- Plan de travail bien rangé pour éviter la dispersion ?
- Avec quel voisin, aidant, calme, entreprenant ?
- Besoin de limiter les déplacements dans la classe ?

Supports pédagogiques
- Feuilles et classeurs, ou plutôt cahiers ?
- Qualité du cahier, espacement des lignes ?
- Exercice à partir d’un livre (au risque de se perdre dans la page) ou isolement de l’exercice sur une seule feuille.
- Qualité des photocopies ? Besoin d’agrandir ?
- Disposition des exercices sur la feuille, espacement ?
- Qualité de la police, taille ? L’écriture manuscrite est-elle un problème ?
- Besoin de fiches mémoire ?
- Leçons proposées en visuel ou en auditif, selon son type de mémoire ? Plan des cours aéré, surligné, en couleurs ?

Copies de leçons et d’exercices
- A partir du tableau ou d’une feuille ?
- Qualité de ce qui est écrit au tableau ?
- Tout ou partie à copier ? exercice à trous ? QCM (questionnaires à choix multiples) ?
- Besoin de photocopier les cours ?

Mise au travail, consignes
- Aménagement de consignes ? (1 consigne à la fois donnée sur un temps d’attention par exemple)
- Reformulation des consignes, rappel des consignes en cours d’exercice ?
- Qualité de la diction orale de l’enseignant ? face à l’élève ? débit de parole ?
- Trace écrite des consignes ou exemple laissé au tableau ?
- Lecture à voix haute de toutes les consignes ?
- Besoin d’encouragement et de valorisation pour poursuivre la tâche ?

Aide technique souvent en accord avec un ergothérapeute, un orthoptiste, un orthophoniste, un SESSAD…)
- Outils de traçage alourdis, antidérapants ?
- Outils scripteurs secs ou gras ? Stylo bille, feutre ou à encre ? crayons et stylos avec guide-doigts ?
- Plan d’écriture-lecture incliné ?
- Mise en place de l’outil informatique ? logiciels spécifiques de géométrie, d’écriture… ?
- Guide lignes pour la lecture ?
- Caches pour isoler un exercice sur le livre ?

Aide humaine
- A envisager lorsque les adaptations pédagogiques ne suffissent pas et que le quotidien est difficile à gérer.

- Besoin d’aide pour la gestion de ses affaires ?
- Tuteur ou AVS ?
- Quel rôle exact pour l’AVS ?

Evaluation et notations
- 1/3 temps supplémentaire ou allègement de l’évaluation ?
- Besoin de temps de repos ?
- Evaluation orale ou écrite ?
- Besoin de cibler la compétence évaluer et supprimer le « superflu » par rapport à la compétence ?
- Tolérance sur certains aspects ? (graphisme, présentation…)

Devoirs
- Besoin d’allègement ?
- Sous forme de dictée à l’adulte ?
- En a-t-il le temps tous les jours, après les rééducations éventuelles ?

Et encore
- Temps de scolarisation ? Total ou partiel ?
- Besoin de dispense pour certaines matières (EPS, Langue vivante…)
- Quelles adaptations en dehors de la classe ? en sorties scolaires, dans la salle informatique, en BCD, lors des évacuations…
- Prévoir des aménagements en récréation ?

Cette liste n’est pas exhaustive ; elle se veut être une première approche des questions à se poser. N’hésitez pas à vous faire aider dans cette tâche par les professionnels qui entourent l’élève : rééducateurs, réseau d’aide, médecin, enseignant référent et surtout les parents qui connaissent bien les difficultés de leur enfant et qui ont sûrement déjà trouvé des solutions pour l’aider.