Adaptation Scolaire - Scolarisation des élèves handicapés HAUT-RHIN 68

La géométrie pour les déficients visuels (à l’école primaire et au collège)

Conseils donnés par un enseignant spécialisé de l’IDS Le Phare à Illzach

A. Espace de travail.
-  La table doit être placée au premier rang, proche du tableau.
-  Si la lumière doit être suffisante, attention à la photophobie pour certains, notamment si la journée est ensoleillée. La position centrale en classe permet d’atténuer les effets de l’éblouissement.
-  L’espace de travail gagne à être agrandi, notamment pour une utilisation plus confortable des documents agrandis et du matériel.
-  Si un AVS est présent, il sera assis à gauche si l’élève est droitier, ou inversement.
-  Table inclinée. L’élève devant rapprocher la tête du plan de travail, la table inclinée permet de réduire la tension au niveau du dos. Cependant, pour le confort de l’écriture comme pour les travaux géométriques, il ne faut incliner la table que très légèrement.
-  Présentoir. Un présentoir mobile (pupitre à poser, type lutrin), en bois, peut être intéressant pour permettre la lecture de documents. Une table inclinée recouverte de papier plastifié blanc permet à l’enseignant ou à l’AVS de reproduire au feutre effaçable ce qui est tracé ou écrit au grand tableau de la classe.

B. Matériel.
-  Le crayon papier manque de contraste. Le stylo-gomme est intéressant. Exemple : « PILOT – Frixion » ou aussi « UNI-BALL Fanthom »
-  Règle. L’instrument idéal est le TRIPLE DÉCIMÈTRE, FOND NOIR CHIFFRES BLANCS ou le TRIPLE DÉCIMÈTRE, FOND BLANC CHIFFRES NOIRS disponible à l’Association Valentin Haüy à Paris (faire « AVH » en recherches sur Internet), d’un coût de 5 euros.
• Le coin gauche de la règle correspond à la graduation zéro.
• Chaque graduation correspond à deux millimètres.
-  Equerre. Une équerre ordinaire du commerce peut convenir à condition que les nombres ressortent bien. Parfois les nombres 0, 5, 10 etc… sont renforcés. L’élève a cependant du mal à distinguer chaque millimètre. On a tendance à simplifier les mesures en utilisant les demi-centimètres. L’équerre de couleur est préférable à l’équerre transparente.
-  Rapporteur. Mêmes remarques.
-  Compas. Le compas autobloquant est conseillé. Exemple : « MAPED – Stop system » (en grandes surfaces). Le compas à molette centrale, que l’on trouve en grande surface, est aussi très pratique.
-  Feuilles. On conseille le Bloc quadrillé Seyes, format A4, 100 feuilles perforées disponible à l’AVH (9,50 euros le bloc de 100 pages). Chaque carreau mesure 1,5 cm x 1,5 cm. Mais le traçage à effectuer doit être bien contrasté.
Les feuilles ordinaires à petits carreaux permettent de bien préparer les traçages (chaque carreau mesure 0,5 cm x 0,5 cm), mais il est nécessaire de bien renforcer les points de repère. Des feuilles à carreaux de 1cm x 1 cm peuvent être demandées au Phare (service DER).
-  Loupes. On utilise trois types de loupes :
• Loupe à poser, ronde ou longue.
• Loupe éclairante.
• Loupe électronique, qui permet aussi de « photographier » ce qui doit être agrandi.
-  Calculs annexes. On peut utiliser une calculette à grosses touches, ou la calculatrice scientifique SCI Plus 200 (site Internet : Ceciaa), cependant onéreuse.
-  Le monoculaire (appareil optique dans lequel on regarde avec un seul oeil) permet de voir plus facilement ce qui est écrit ou affiché au tableau de la classe.

C. Les photocopies agrandies.

-  En général, on passe du format A4 au format A3 (agrandissement de 141%).
-  En particulier pour un élève dont le champ visuel est rétréci, on évite les photocopies agrandies ou alors, si elles sont nécessaires, il est indiqué de replier la feuille uniquement sur la partie de la photocopie à utiliser. On peut aussi couper en 2 une photocopie de format A3.
-  Attention : lorsque des repères en couleurs sont nécessaires, si l’on ne peut pas faire de photocopies en couleurs, on peut photocopier en noir et blanc en réduisant le contraste, puis repasser sur certains éléments avec des feutres de couleur.
-  Attention : lorsque des mesures sont indiquées en centimètres, la photocopie agrandie transforme évidemment ces mesures. On conseille alors d’agrandir à 150%. 10 cm sur l’original deviennent ensuite 15 cm.
-  Les photocopies agrandies peuvent être rangées dans un grand classeur, dans des pochettes plastiques éventuellement.

D. L’ordinateur.
-  Certains programmes de géométrie disponibles sur Internet peuvent être utilisés, mais il faut généralement les agrandir :
• Soit en appuyant sur CTRL et en tournant la molette de la souris
• Soit en appuyant sur la touche « Window » et en tournant la molette de la souris
• Soit avec la rubrique « Affichage », aller dans « Zoom » ou « Taille du texte »
• Soit en sélectionnant l’exercice intéressant, le copiant sur une page vierge, puis en l’agrandissant sur taille de police adaptée (généralement entre 20 et 48)
• Soit en utilisant une souris téléloupe (voir site Internet AVH)
• Soit en utilisant le « logiciel Zoomtext », disponible sur Internet
-  Sur tablette, c’est évidemment plus simple (on agrandit avec les doigts)
-  Si le manuel scolaire a été informatisé, l’exercice peut être lu à l’écran. (Idem si l’enseignant a préparé et enregistré un exercice sur clé USB.)
-  Une caméra de type « Duo-Vision » ou « Topolino Click » permet de lire facilement à l’écran ce qui est écrit au tableau de la classe. Une photo du tableau peut être réalisée pour une consultation ultérieure.

E. Les adaptations d’exercices.
-  Les points de repères doivent être systématiquement grossis.
-  En raison de sa lenteur, l’élève a parfois tendance à faire bouger la règle ou le compas. Il faut insister pour qu’il appuie bien fort.
-  Les travaux complexes gagnent à être réalisés par l’élève déficient visuel en deux étapes :
* d’abord en grand, par exemple au tableau de la classe
* ensuite à la taille adaptée, à sa table
-  Les dessins de solides dans les manuels scolaires sont parfois plus difficiles à interpréter. On a donc avantage à utiliser de réels objets.
-  Les fichiers de géométrie sont généralement mieux adaptés aux élèves déficients visuels que les manuels scolaires ordinaires, car les exercices sont moins denses sur une page. Exemples : les fichiers de géométrie des « Editions Edélios – 45470 Trainou » ou le classeur des « Editions Jocato – 84310 Morières-lès-Avignon »
-  Un tiers-temps supplémentaire est généralement nécessaire. Dans la pratique quotidienne, l’enseignant en demande moins à l’élève déficient visuel, en simplifiant l’exercice ou en supprimant une question. Ceci permet aussi de limiter la fatigue visuelle.

F. L’image mentale.
Il est encore moins évident pour les déficients visuels de se représenter des images mentales de concepts géométriques. Le recours au matériel et à l’expérimentation sont souvent nécessaires, dans un premier temps. L’utilisation de matériel à toucher conseillée aux non-voyants peut être une solution.

J.G.Uhlrich – Enseignant spécialisé – IDS Le Phare, Illzach


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1773 / 638604

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Ressources spécifiques au handicap  Suivre la vie du site Aide pour les déficients visuels   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License